« POUR Le Togo » et la Diaspora togolaise au Canada demandent la démission de Faure Gnassingbé et le retour à la République au Togo.

Le recours aux milices et aux miliciens contre les populations civiles manifestant pacifiquement pour mettre fin à 50 ans de dictature au Togo, provoque une indignation générale ainsi que diverses marques de réprobation des citoyens togolais de l’extérieur et de la communauté internationale, dont les États-Unis, la France, le Vatican, la Francophonie et l’Union européenne.

Faure, la démarche suicidaire.

Le Comité Sénégalais de Soutien au Peuple Togolais invite l’Etat sénégalais à faire prévaloir les principes évoqués face à Yaya Jammeh (ancien président de la Gambie délogé par les forces armées de la CEDEAO) et à s’impliquer activement dans la défense des idéaux de démocratie et des droits des peuples.

Soutien et solidarité de la diaspora togolaise en Europe à la lutte du vaillant peuple

A l’appel de Togo Debout-Europe, la diaspora togolaise s’est massivement rassemblée à Paris le samedi 7 octobre 2017 pour une marche de soutien et de solidarité avec le peuple togolais fortement mobilisé actuellement pour obtenir de véritables réformes politiques et mettre ainsi fin à une dictature hors du temps. Togo-Debout a bénéficié à cette occasion d’un appui déterminé des diasporas africaines, notamment de France ainsi que des amis du Togo en Europe.

Togo : Déclaration des Togolais de la diaspora au Canada à la suite de la marche du 7 octobre 2017

La Communauté togolaise au Canada (CTC) a émis une déclaration dans laquelle elle fait état de répression policière, de violations de libertés individuelles, d’arrestations arbitraires et de morts cet été. Des manifestations monstres se sont déroulées cette semaine dans la capitale, Lomé, pour réclamer la destitution du président et la mise en œuvre de réformes constitutionnelles promises par le régime. 

« Balai Citoyen » dénonce une atteinte aux libertés publiques de la Diaspora Togolaise au Burkina

Des ressortissants togolais vivant au Burkina Faso et qui souhaitent organiser une marche de soutien à leurs compatriotes en lutte au pays viennent de se voir refuser ce droit par la mairie de Ouagadougou. Sous prétexte que cette manifestation peut « engendrer des troubles à l’ordre public, entre les ressortissants togolais au Burkina Faso et même aux relations entre nos deux républiques », la mairie de Ouagadougou a tout simplement opposé une fin de non-recevoir.