Communiqué de presse de la communauté togolaise en Suisse relatif au Dialogue politique annoncé

Faure Gnassingbé ne dispose d’aucune légitimité depuis le début de son règne. Il ne s’est maintenu au pouvoir que grâce à des fraudes électorales répétées et sanctionnées par la terreur et la corruption à chaque fois que le peuple togolais veut réclamer son pouvoir. Exactement comme son feu père qui a fondé le règne familial sur le crime du 13 janvier 1963 avec l’assassinat de Kwami Epiphanio Sylvanus Olympio.

La diaspora togolaise se bat pour une alternance politique

Les revendications de la diaspora togolaise : le droit de vote, la restauration de la constitution togolaise du 14 octobre 1992 dont l’article 59 stipule qu’en aucun cas, nul ne peut faire plus de deux mandats, la fin des violations massives des droits de l’homme et des libertés fondamentales, la libération des prisonniers politiques et des manifestants pacifiques arbitrairement détenus notamment.

COMMUNIQUE CITOYEN des Organisations de la société civile et la Diaspora

La masse du peuple togolais mobilisé, les organisations de la société civile, les militants des partis politiques, les activistes engagés de tous bords sur le territoire et dans la diaspora ont les yeux tournés vers chacun des déplacements des Principaux Responsables Politiques dans l’ardeur du patriotisme résistant. Nous restons mobilisés avec le seul mot d’ordre, le départ immédiat du président actuel, Faure Gnassingbé, pour mettre fin à 50 ans de dictature dynastique.

POUR UNE NÉGOCIATION PARTICIPATIVE : Vers une transition démocratique avec un changement de Gouvernement

Les dirigeants de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition gagneraient à élargir cette coalition avec d’autres partis politiques, la Diaspora indépendante non alignée afin de pouvoir identifier les intérêts économiques en jeu qui pour certains viennent en contradiction avec les intérêts du Peuple togolais.

Crise politique au Togo : Chronique des stratégies et manœuvres infructueuses de Faure Gnassingbé pour casser la contestation populaire

Le pouvoir aura donc tout tenté, sans succès. Ayant tablé sur la lassitude des populations et donc la démobilisation des manifestations qui n’arrive pas, il renoue avec la violence. Toutes les stratégies explorées ont échoué. Mais il est loin d’avoir abdiqué. Et on est tenté de se demander : c’est quoi le prochain coup fourré ?

Togo: Répression des manifestants

Le pouvoir tablait sur une démobilisation des manifestants qui réclament le retour à la Constitution de 1992 et le départ de Faure Gnassingbé. Mais à chaque appel des 14 partis de la coalition de l’opposition, les Togolais sortent massivement dans les rues pour crier leur exaspération à l’égard d’un régime qui s’arc-boute sur sa position de ne pas entrer dans l’ère des mutations au sommet de l’Etat dans la sous-région.