Crise politique au Togo : Chronique des stratégies et manœuvres infructueuses de Faure Gnassingbé pour casser la contestation populaire

Le pouvoir aura donc tout tenté, sans succès. Ayant tablé sur la lassitude des populations et donc la démobilisation des manifestations qui n’arrive pas, il renoue avec la violence. Toutes les stratégies explorées ont échoué. Mais il est loin d’avoir abdiqué. Et on est tenté de se demander : c’est quoi le prochain coup fourré ?

Togo: Répression des manifestants

Le pouvoir tablait sur une démobilisation des manifestants qui réclament le retour à la Constitution de 1992 et le départ de Faure Gnassingbé. Mais à chaque appel des 14 partis de la coalition de l’opposition, les Togolais sortent massivement dans les rues pour crier leur exaspération à l’égard d’un régime qui s’arc-boute sur sa position de ne pas entrer dans l’ère des mutations au sommet de l’Etat dans la sous-région.

FAURE GNASSINGBÉ : EST-IL INDÉBOULONNABLE ? Le Peuple togolais s’est saisi de la question !

Personne ne peut croire à la bonne foi de Faure Gnassingbé, ni à son gouvernement pour mener des négociations et non des dialogues sur l’avenir du Togo. La Constitution de 1992 n’offre pas la possibilité à Faure Gnassingbé de rester au pouvoir jusqu’en 2020. La seule concession est que Faure Gnassingbé remercie le Peuple togolais de l’avoir toléré depuis 2015, alors que depuis cette date il est illégitime.

La Diaspora togolaise et la question lybienne

En avril, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) avait affirmé que la traite d’être humains était devenue une pratique fréquente chez les passeurs. Des migrants originaires d’Afrique de l’Ouest avaient dit à l’OIM avoir été achetés et revendus entre 200 et 300 dollars (entre 190 et 280 €) dans des garages et des parkings de la ville de Sabha, localité du sud de la Libye, par laquelle passent de nombreux exilés.