Référendum sans vérité des urnes au Togo

Les forces armées togolaises ne connaissent qu’un seul ennemi. Il n’est ni extérieur, ni blanc, mais bien noir à savoir l’immense majorité peuple togolais qui veut affirmer son indépendance en s’émancipant de la tutelle cinquantenaire du clan Gnassingbé. Car l’infime partie du Peuple togolais alignée sur Faure Gnassingbé continue à fêter leurs « anniversaires » et s’occupe à la structuration de la redistribution de la richesse du pays au sein d’une oligarchie fermée à l’humanité.

Appel patriotique

Togolais mon frère, Togolaise ma soeur, la situation que nous vivons au pays nous interpelle davantage.
Manifestations de rues, interdiction ou non, répression sauvage et barbares, tir de gaz lacrymogènes, de balles blanches voir réelles sur des manifestants aux mains nues.
Le langage de la violence que le régime RPT/UNIR a érigé en règle de gouvernance se perpétue.

Faure Gnassingbé veut enterrer les droits de l’homme au Togo.

Le Togo s’est spécialisé dans la prise d’otage politique pour les libérer comme monnaie d’échange, ceci est vérifiable au cours des 27 vrais faux « dialogues » politiques. Ce n’est pas l’Association des Victimes des Tortures au Togo (ASVITTO) qui démentira cette analyse et la réalité effroyable des crimes d’Etat commis par le pouvoir autocratique de Faure Gnassingbé.

Berlin: 6 avril 2018 – Allocution du Dr. Antoine Randolph

Je vous salue tous bien chaleureusement. Je remercie vivement les organisateurs de cette journée de manifestation qui m’ont donné le micro afin de vous dire quelques mots. Je le ferai avec beaucoup d’enthousiasme et de gravité car nous devons, dès maintenant,  préparer ensemble avec tout notre peuple la résurrection de la Terre de nos Aïeux, l’Or de l’humanité !  Nous sommes sur le chemin de la Démocratie !

Echec du “vrai-faux” dialogue: Clarifications demandées au facilitateur

Compte tenu de l’échec annoncé du vrai « faux » dialogue togolais exigé par le Pouvoir de Faure Gnassingbé et son système autocratique basé sur un système militaro-civil, le temps est venu de demander des comptes au facilitateur ghanéen, Mr Nana Akufo-Addo. Cela n’empêche pas de s’interroger sur certaines approches et stratégies de la Coalition de 14 partis au Togo.