Monsieur Jean-Paul LECOQ, Député, membre de la commission des Affaires étrangères rencontre une délégation de la Diaspora togolaise.

Quels sont les enjeux démocratiques de la présidentielle de 2020?

 

Mesdames et Messieurs les députés, mesdames et messieurs les invités, chers combattants pour l‘alternance politique au Togo,,

Comme vous le savez, la démocratie est le moins mauvais des systèmes politiques connus de nos jours, elle est de loin le seul système qui garantit les libertés fondamentales dont la liberté de penser, la liberté d’expression, la liberté de choisir ses dirigeants c’est-à-dire le choix de son environnement : social, économique, politique. Or le Togo depuis cinquante-sept (57) bonnes années est régenté par une oligarchie à la tête de laquelle se trouve la famille Gnassingbé. Le Togo se portant mal, la jeunesse désœuvrée et désorientée, la justice à la botte du pouvoir, toutes les institutions au service d’un clan qui regarde avec dédain les <<sans dents>> ( nous empruntons cette expression à l‘ancien président français François Hollande); les deniers publics pillés par une prédation systémique, les citoyens et citoyennes de ce pays ont décidé d’expérimenter autre chose. C’est comme cela qu’il faut comprendre les manifestations récurrentes depuis le 19 Août 2017 et comme on peut s’y attendre réprimandées. Las, les togolais ont décidé d’aller au bout de leur revendication. Ils veulent le changement, ils veulent l’alternance.

La voie royale pour y parvenir sans violence c’est les élections.

Mais toutes les élections passées n’ont jamais apporté le changement pour la simple raison qu’elles ont été toutes un simulacre, une mascarade. Elles ont été frauduleuses. Qu’en sera t-il des élections présidentielles du 22 février ?

Le chef de l’État actuel brigue un 4ème mandat.

La cour constitutionnelle est vassalisée.

Des villes sont quadrillées.

Toutes les institutions aux mains du pouvoir.

Dans cette configuration peut-on avoir en 2020 une alternance au Togo?

Existe-t-il une alternative ?

*Une chose importante passée presque inaperçue et dont personne n’en parle est à observer dans le calendrier électoral publié par le gouvernement: y figure seulement la date du premier tour, mais celle du deuxième tour est absente *
Une preuve flagrante que le régime se prépare à faire un tour de force au premier tour.

Introduction de Salomon Wagbe hier à l’Assemblée nationale française , le 11/12/19 lors d‘une rencontre échange initiée par CODITOGO,entre les membres de la diaspora et Monsieur Jean-Paul LECOQ, Député, membre de la commission des Affaires étrangères

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *