SANS LES REFORMES ET LE VOTE DE LA DIASPORA PAS D’ELECTION !

COMMUNIQUE N°10

Sans LES REFORMES ET LE VOTE DE LA DIASPORA PAS D’ELECTION !

La Conférence des chefs d’Etats de la CEDEAO tenue le 31 juillet dernier à Lomé, a donné préférence à une feuille de route, en lieu et place d’une proposition d’un Gouvernement de transition, soumise par CODITOGO et les forces démocratiques

Cette feuille de route sous la supervision d’un comité de suivi, a confié au Gouvernement togolais, la mise en œuvre des réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales, malgré le refus manifeste du régime au pouvoir à exécuter de bonne foi tous les accords politiques intervenus, notamment l’Accord Politique Global du 20 août 2006.

Aussi, le comité de suivi, continue de briller par son silence, quant aux nombreuses entorses auxquelles, le gouvernement togolais assujettit la feuille de route susvisée.

Pour exemples, le refus de libération des détenus politiques, la convocation d’un corps électoral, au demeurant inexistant, la prorogation du recensement pendant qu’une opération d’audit du fichier électoral, serait en cours, illustrent à perfection la cacophonie entourant l’exécution de la feuille de route.

Aussi, l’incapacité du comité de suivi et de manière générale la CEDEAO, à faire montre d’autorité, quant aux nombreuses falsifications des rapports et communiqués officiels, est annonciatrice d’un échec programmé du 27ième dialogue au Togo, annoncé initialement pour dix (10) jours.

Or, il y va de la confiance du peuple togolais en la CEDEAO. A cet égard, CODITOGO appelle la CEDEAO à se comporter en tant qu’une institution des peuples pour les peuples plutôt qu’un syndicat de Chefs d’Etats.

Voilà pourquoi, CODITOGO réaffirme au nom de l’intérêt général, et celui du peuple togolais en particulier, la nécessité pour la CEDEAO de :

–           faire procéder à la libération des détenus politiques;

–           exiger un report des élections législatives, annoncées pour le 20 décembre prochain;

–           faire mettre en œuvre les réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales préalablement à la fixation de date pour toute élection.

Les élections législatives devront donc se faire après que toutes les réformes auront été faites et que l’effectivité du vote de la Diaspora aura été acquise. Ainsi, il ne peut, il ne doit pas y avoir d’élection au Togo le 20 décembre prochain.

CODITOGO exhorte l’ensemble des forces vives démocratiques en l’occurrence le peuple togolais, à empêcher la tenue d’une élection au Togo en l’absence de la libération des détenus politiques, et des réformes attendues sus-énoncées. Gloire et victoire au peuple togolais ; que Dieu bénisse le Togo et le peuple togolais.

Fait à Paris, le 25 Novembre 2018

Pour CODITOGO,

Le Coordonnateur Général

Pierre Ekué Gamessou Kpodar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *