Togo: 40 officiers et militaires désertent l’armée

Les Forces armées togolaises sont gagnées par une vague de désertion sans précédent depuis le début de l’année.

Faure Gnassingbé vient de demander au chef d’état-major des Forces armées togolaises (FAT) Félix Abalo Katanga de rassembler autour de lui plusieurs hauts officiers, dont le chef d’état-major particulier de la présidence. Objectif : évoquer les cas de désertion affectant l’armée nationale depuis le début de 2018.

Près d’une quarantaine d’officiers et militaires de divers corps ont décidé de sortir des rangs depuis cette date. Un chiffre anormalement élevé – seulement six désertions ont été dénombrées en 2017 – auquel s’ajoutent les demandes de départ volontaire émanant de quatre officiers. Une disposition rendue possible par les statuts des FAT adoptés en 2008.

Ces demandes ont d’ailleurs été refusées à ces derniers par la hiérarchie militaire. L’inquiétude au sommet du régime de Lomé, en butte à des contestations depuis août 2017, est d’autant plus grande que deux autres militaires se sont suicidés, fin juin – l’un par pendaison, l’autre par arme à feu. Un phénomène jusqu’à présent rarissime au sein de la grande muette au Togo. En avril, un autre militaire du régiment para-commando de Camp Landja, à Kara (Nord), a été retrouvé mort à son domicile du fait d’une “surdose médicamenteuse délibérée”, selon le rapport de sa hiérarchie.

Sur les 39 déserteurs, six appartiennent à la gendarmerie nationale dirigée par le Colonel Yotrofei Massina, sécurocrate emblématique du régime Gnassingbé. Une cellule psychologique a été créée et placée sous l’autorité du chef d’état-major particulier du président togolais pour suivre cette situation.

Lettre du Continent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *