Cri de détresse du Togo à l’endroit de la communauté internationale

Le peuple Togolais, comme un seul homme, est debout depuis le 19 août 2017  et combat, les mains nues, un système dictatorial qui l’opprime, le tue et lui fait fuir son pays pour une vie de réfugiés dans une incertitude totale.

Ils sont nombreux à avoir payé le lourd tribut face à la machine de répression du RPT/UNIR qui ne parle que le langage de la violence pour assurer le maintien au pouvoir de Faure Gnassingbé, cet usurpateur qui, avec le silence de la communauté internationale, a marché dans un boulevard de sang pour arracher et confisquer le pouvoir, au lendemain de la mort de feu Général Gnassingbé Eyadema, après 38 années de gouvernance sans partage.

D’Alabi Nadjinoudjine à Zoumekey Joseph dont le corps gît dans un casier à la morgue du Centre Hospitalier Universitaire Sylvanus Olympio à Lomé, en attente d’une autopsie qui n’est pas pour l’heure à l’agenda du RPT/UNIR.

Tout comme Anselme Sinandare et Douti Sinanlengue, Zoumekey Jojo revenait de l’école. Son départ ce matin-là à l’école, dans son uniforme, est la dernière fois que ses parents l’ont vu vivant. Il sera froidement abattu par les militaires qui faisaient usage de balles réelles pour réprimer des manifestations publiques, activité qui n’a aucun lien avec le rôle d’une armée républicaine.

Dans un rapport publié par le Regroupement des Jeunes Africains pour la Démocratie et le Développement (REJADD) et le Réseau Africain pour les Initiatives de Droits de l’Homme et de Solidarité (RAIDHS), faisant l’état des lieux de cinq mois d’activité courant du 19 août 2017 au 20 janvier 2018, période marquée par des répressions sanglantes, barbares et sauvages de  manifestations pacifiques publiques organisées par l’opposition togolaise, l’opinion nationale et internationale a été informée sur la nature des actes de violence dont ils ont été les témoins oculaires de la part des forces de défense et de sécurité à l’encontre de pauvres citoyens du Togo. En dépit de ces atrocités et violences, les Togolais restent mobilisés pour exiger la fin de la dictature, la fin de la gouvernance sans partage des Gnassingbé, la fin de l’injustice, la fin de la gabegie, de la torture, de la violation flagrante des Droits de l’Homme…

Si dans un premier temps, le pouvoir a tenté de mener une contre-communication pour renier ce rapport qui parle de 102 morts, sur les cinq mois de manifestation, la tentative d’enlèvement de Johnson ASSIBA, président du REJAAD fera foi de la véracité de ce rapport qui impute les tueries massives au clan Gnassingbé, à travers une armée clanique et barbare qui constitue un soutien de taille à la dictature des Gnassingbé.

Sans trop épiloguer sur ces tueries qui font trop de mal au peuple togolais et remuent le couteau dans ses plaies béantes que les soi-disant réparations que conduisent la très contestée Awa Nana Daboya ne sauraient réparer, il était nécessaire de replanter le décor pour faire comprendre à la communauté internationale, notamment la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) que le peuple togolais souffre trop de son silence.

Oui, le peuple togolais souffre de votre silence, Messieurs les présidents des Etats membres de la CEDEAO. Ce peuple qui n’est pas un peuple violent, subit depuis plusieurs années les frasques de ce pouvoir cinquantenaire qui considère le fauteuil présidentiel comme un héritage familial.

Messieurs les présidents des organisations reconnues sous l’appellation «communauté  internationale », ONU, UNION EUROPEENNE, UNION AFRICAINE, CEDEAO…, combien de Togolais doivent-ils encore perdre la vie au bout des balles assassines de l’armée clanique des Gnassingbé pour que vous décidiez de rompre le silence, briser vos tabous et sauver enfin le peuple togolais du joug de la dictature des Gnassingbé ? Combien ?

C’est une triste réalité qui fait couler les larmes pour nous autres qui vivons ces calvaires sur le dos du peuple bon nombre parmi les dignitaires du régime ? se sucrent.

Je m’interroge. Quelle est cette garantie que vous attendez du peuple Togolais, pour continuer d’assister impuissant et ou silencieux à son massacre par son «dirigeant» ?

Vous devez avoir pitié de tous ces Togolais, hommes, femmes, enfants qui sont tombés ces dernières années à cause de l’égoïsme qui caractérise les approches développées à divers niveau sur la situation du Togo.

Je peux comprendre que vous soyez nombreux à penser qu’en aidant le peuple togolais à se tirer d’affaire, vous ouvririez une boîte de Pandore qui vous rattraperait ou retournerait contre vous. Vous devez savoir que les contextes ne sont pas les mêmes. Dans la plupart de vos Etats, il existe une démocratie que le peuple togolais envie. En plus le mandat est limité et vous le savez autant que moi; quoique vous fassiez, vous cèderez le fauteuil à la fin de votre second mandat.

Vous ne devez en aucun cas être apeurés par un quelconque retournement de situation, surtout que vous faites de votre mieux, en matière de gestion des affaires de votre pays, contrairement au Togo où la gestion du pouvoir se résume au pillage systématique des ressources du pays par une minorité, au détriment d’une majorité qui gît dans une misère ambiante.

A VOUS AUTRES QUI COMPRENEZ DEJA LA SOUFFRANCE DU PEUPLE TOGOLAIS

Dans la famille, tout le monde n’est pas corrompu ni silencieux de façon tout à fait coupable, face à la souffrance que le fils à Papa et sa bande infligent à un peuple meurtri et orphelin. Même si vous êtes quelque part minoritaire, à sortir votre tête de l’eau, en condamnant de façon très affichée cette gouvernance atypique d’un fils à papa très capricieux.

Ne soyez pas fatigués de ce poids qui pèse et qui a tendance à vous faire tourner le dos à ce peuple orphelin qui a vraiment besoin de votre soutien. Vous devez faire tout ce qui est en votre pouvoir pour sauver cet orphelin, au prix de la justice et l’équité, principes que vous avez imprimé de haute lutte à vos pays respectifs.

Le peuple togolais a son regard tourné vers vous, tel un orphelin affamé qui hume l’odeur du repas de midi, de l’autre côté de la clôture. Même si ce sont des os dévêtus à lui jetés pour calmer sa faim, il sera preneur. Allez-y comprendre.

CONSTAT D’UN NOUVEL ECHEC

Si au début, nombreux ont été ces Togolais qui ont placé un espoir en la réussite de ce 27ème dialogue attendu pour proposer des pistes de résolution définitive de la crise cinquantenaire que traverse le pays, aujourd’hui, l’espoir s’estompe. Les positions sont tellement tranchées que le facilitateur, malgré sa détermination et son engagement, semble avoir compris que c’était un marché de dupe où le RPT/UNIR, animateur principal, s’est rendu juste pour amuser la galerie.

Certes, la fin du dialogue n’est pas prononcée pour qu’on crie ECHEC. Mais «l’homme prudent voit le mal de loin», diton.

Les pas que chacun pose communiquent suffisamment sur un probable échec, même si l’espoir est toujours permis.

D’une part, une transition politique précédée de la démission de Faure Gnassingbé, proposition faite par la coalition des 14 partis politiques, d’autre part, pas question d’une solution ou approche qui exclut le champion.

Que le fossé est grand, assez grand pour que les observateurs comprennent en gras, qu’il s’agit d’une DIVERSION pour permettre au RPT/UNIR de gagner du temps.

QUE FAIRE ALORS ?

En dehors du cri de détresse sans cesse grandissant poussé par le peuple togolais, il doit lui-même faire l’effort de résister, d’exister et de peser lourd dans la balance. Plus aucun compromis ne sera fait sur le dos du peuple togolais.

Peuple togolais, ta foi est grande ; ton espoir encore vivace ; ton engagement vif et ardent ; ta détermination forte.

Lève-toi comme un seul homme, de Cinkassé à Djankassé ; Lève-toi dans toutes les régions, toutes les préfectures, toutes les villes, tous les cantons, tous les villages, tous les quartiers,  toutes les concessions, toutes les agglomérations, toutes les maisons, tous les foyers…

Oui, prends ton courage à deux mains et retiens ceci : VAINQUONS OU MOURRONS, MAIS DANS LA DIGNITE.

Aucun sacrifice ne sera vain. La lutte populaire est invincible

Lily Massan GNININVI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *