Déclaration de la diaspora togolaise au Canada

MANIFESTATION DES TOGOLAISES ET DES TOGOLAIS DU CANADA EN
SOUTIEN AUX REVENDICATIONS LÉGITIMES DU PEUPLE TOGOLAIS
Montréal, 07 octobre 2017

Le très honorable Justin Trudeau, Premier Ministre du Canada
Monsieur Philippe Couillard, Premier Ministre du Québec
Honorables membres du Parlement et du Sénat canadiens,
Mesdames et Messieurs les membres de l’Assemblée nationale du Québec
Chers Québécoises et Québécois, Canadiennes et Canadiens, amis du Togo
Chers compatriotes togolais,

La manifestation de ce jour s’inscrit dans le cadre de la crise sociopolitique que traverse notre pays d’origine, le Togo, depuis plusieurs semaines. L’heure est grave au Togo et le portrait est très sombre à l’heure actuelle : répression policière barbare des citoyens, violations des libertés individuelles, déni du droit d’association et de manifestation, intimidations de responsables politiques, arrestations arbitraires de manifestants, tueries etc. Depuis le 19 août, le bilan est très lourd : au moins quatre personnes tuées, plusieurs centaines de personnes blessées suite aux agressions des forces de sécurité, des centaines de personnes arbitrairement arrêtées et toujours détenues, ainsi que plus de 300 personnes réfugiées au Ghana.

La Diaspora Togolaise au Canada, qui compte plus de 7000 citoyens canadiens et résidents permanents d’après les données de Statistiques Canada, lance un appel au très honorable Justin Trudeau et au gouvernement fédéral, au Premier ministre du Québec, M. Philippe Couillard et au gouvernement du Québec, aux parlementaires et sénateurs canadiens, aux députés québécois, ainsi qu’à tous les autres membres la classe politique québécoise et canadienne, à venir en aide au brave Peuple du Togo qui manifeste pacifiquement depuis plusieurs semaines pour réclamer la fin d’un régime tyrannique, héréditaire et cinquantenaire. Nous demandons aux gouvernements québécois et canadien de prendre position aux côtés du Peuple du Togo et de faire pression sur les autorités togolaises afin d’obtenir les résultats suivants :

✓ Le retour à la constitution de 1992 qui a été adoptée à 97,4 % par la population togolaise ;
✓ La garantie des libertés individuelles de manifestation et d’association pour tous les individus et partis politiques, sans aucune exception ;
✓ La fin des brutalités des forces de sécurité sur le paisible peuple du Togo ;
✓ La mise en œuvre des réformes constitutionnelles et institutionnelles contenues dans l’Accord Politique Global de 2006 ;
✓ Le droit de vote des membres de la Diaspora togolaise, qui contribue à environ 8 % au PIB du Togo ;
✓ La libération des prisonniers politiques détenus actuellement au Togo ;
✓ La poursuite des responsables des exactions et des massacres sur les populations devant les juridictions nationales et internationales ;
✓ La garantie d’une justice indépendante et équitable au Togo.

Permettez que nous puissions faire un bref rappel de la situation politique du Togo :
La crise politique au Togo ne date pas d’aujourd’hui. Le dictateur Gnassingbé Éyadéma a régné sur le Togo durant 38 ans, à partir de 1967. À son décès en 2005, c’est à la suite de l’assassinat de plus de 500 personnes (d’après un rapport de l’ONU) que son fils, Faure Gnassingbé, a pris le pouvoir.

Des consultations et concertations politiques ont suivi cette accession sanglante à la magistrature suprême du Togo. Elles ont abouti, en août 2006, à la signature d’une entente dénommée “Accord Politique Global” (APG). L’APG contenait, entre autres, deux revendications cruciales concernant la limitation du mandat présidentiel et l’adoption d’un mode de scrutin à deux tours pour l’élection du Président de la République.

Le non-respect par le régime actuellement au pouvoir de cet accord consensuel entre les différentes composantes politiques de notre pays a conduit à une vague de contestations. Celles-ci ont culminé, le 19 août dernier, en des manifestations dans plusieurs villes du pays. Les manifestations ont été reconduites les 6 et 7 septembre, puis les 20 et 21 septembre, et aussi les 4 et 5 octobre, où plusieurs centaines de milliers de Togolais ont exprimé, sur toute l’étendue du territoire national, leur ras-le-bol de 50 ans de pouvoir héréditaire. Ces manifestions sont aussi organisées dans des villes et pays du monde où la Diaspora togolaise est substantiellement représentée.

Au lieu de répondre aux aspirations légitimes du Peuple togolais, le régime de Faure Essozimna Gnassingbé, comme à son habitude, oppose plutôt une réponse des plus violentes aux Togolais : violations de domiciles privés, arrestations arbitraires, passages à tabac, intimidation des chefs des partis politiques de l’opposition, etc.

Les membres de la Diaspora togolaise au Canada sont très préoccupés par les derniers développements de l’actualité togolaise. Ils demandent que le Togo, leur pays d’origine, puisse évoluer dans un cadre démocratique avec des institutions solidement ancrées, comme c’est le cas ici au Canada. La Diaspora Togolaise au Canada lance donc un appel pressant à toutes les autorités québécoises, canadiennes et internationales afin qu’elles s’impliquent activement pour jouer un rôle majeur de garants des libertés fondamentales et de défenseurs des droits humains au Togo. C’est le moment d’agir pour faire pression sur les autorités togolaises afin d’éviter un bain de sang.

La Diaspora Togolaise au Canada vous remercie à l’avance pour votre intérêt à notre sollicitation et pour l’urgence de votre action afin que soient assurés la paix, la sécurité, la démocratie, l’état de droit et la prospérité durable au Togo.

Vive le Togo !
Vive le Québec !
Vive le Canada !
Fait à Montréal, ce 07 octobre 2017
La Diaspora Togolaise au Canada

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *